.d-md-aucun .d-lg-block bibimot

Sir Vival - une voiture unique en deux parties censée être le véhicule le plus sûr au monde

Sir Vival - une voiture unique en deux parties censée être le véhicule le plus sûr au monde
Le principal coupable de notre histoire d’aujourd’hui est Walter K. Jerome, l’ancêtre d’un concept étonnant appelé Sir Vival. Cet homme, né à Worcester, dans le Massachusetts (États-Unis), était diplômé en génie mécanique de la Northeastern University. Curieusement, il était très préoccupé par le fait que les constructeurs de l'époque accordaient peu d'attention à la sécurité des passagers des voitures et s'engageaient exclusivement sur la voie de « l'obsolescence programmée ». C'est ainsi qu'à la fin des années 40, animé par la mission inébranlable de créer la voiture la plus sûre du monde, il a fermement décidé d'aller vers son objectif.


Il faut dire que son voyage a été assez long - il lui a fallu 10 années entières jusqu'à ce qu'en 1958, il présente au monde sa brillante idée - le merveilleux concept-car Sir Vival. Son nom vient du mot dérivé survie, qui signifie « survie ».

Sir Vival – уникальный двухсекционный автомобиль, который должен был стать самым безопасным транспортным средством в миреJérôme a déployé beaucoup d'efforts pour présenter au monde sa voiture la plus sûre, la Sir Vival. Photo : kustomrama.com

Ses images sont apparues sur les couvertures de magazines populaires tels que Life, Mechanics Illustrated et Motor Trend. Bien que des mots insultants comme « monstre grotesque » ou « horreur cyclopéenne » aient été prononcés à l'encontre de la voiture, tout cela était justifié par l'inquiétude pour les personnes assises à l'intérieur.

À la base, le Sir Vival était une configuration de berline segmentée conçue pour atténuer les effets des collisions frontales. Jérôme a littéralement divisé la voiture en deux sections distinctes : le passager et le moteur. Le premier était une cabine confortable à trois places, équipée de sièges moelleux et de ceintures de sécurité. Il s’agissait de l’arrière du Sir Vival, basé sur une berline Hudson de 1948 fortement modifiée.

La deuxième partie avant de la voiture abritait la centrale électrique - un moteur de 121 chevaux et une transmission automatique Drive-Master à trois vitesses. On a supposé que cette partie particulière servirait de zone sacrificielle qui absorberait la force d'une éventuelle collision, préservant ainsi l'intégrité de l'habitacle.

Les compartiments passagers et moteur étaient reliés entre eux par des charnières. Autrement dit, la voiture avait un cadre dit « cassé ». Dans le même temps, les roues arrière restaient toujours motrices, ce qui obligeait Jérôme à travailler dur sur la transmission.

Dans Sir Viva, le conducteur avait une vue à 360 degrés. Photo : kustomrama.com

Il n'y avait pas de direction comme celle que nous connaissons dans le Sir Vival, ni de direction assistée. Mais tout a été arrangé très simplement - grâce aux roues dentées, toute la partie avant tournait complètement.

Afin de cacher les roues et d'en protéger les piétons imprudents, Jérôme a entouré sa voiture de pare-chocs en caoutchouc sur tout le périmètre.

Une autre caractéristique frappante du Sir Vival était la tour de conduite surélevée. Il a été conçu pour offrir au conducteur, assis au centre sur un siège surélevé, une vue à 360 degrés sans précédent. La cabine était équipée d'un pare-brise enveloppant et de grattoirs en feutre intégrés pour un nettoyage continu.

Jérôme espérait produire 10 à 12 voitures par an et les vendre 10 000 dollars. Il a eu du mal à obtenir le financement nécessaire pour réaliser sa vision à l'échelle commerciale et a montré sa voiture aux représentants de divers constructeurs automobiles, mais en vain. Malgré sa conception innovante et ses réalisations en matière de sécurité, le Sir Vival n'a jamais été largement accepté. La voiture n'a été aidée ni par les démonstrations lors des salons automobiles internationaux ni par sa présentation à l'Exposition universelle de 1964 à New York.

La sécurité n'intéressait encore que peu les constructeurs, et le design était unanimement reconnu comme une norme de laideur, nécessitant un changement immédiat dans une direction plus familière aux acheteurs.

Bien que Sir Viva soit dans un état déprimant, l’essentiel est qu’il ait survécu. Photo : kustomrama.com

Finalement, Sir Vival est resté en un seul exemplaire. Il a miraculeusement survécu même après la mort de Walter Jérôme au début des années 70 et a même pu survivre jusqu'à ce jour. Certes, cette voiture unique n'est pas dans le meilleur état actuel, mais il semblerait que le nouveau propriétaire envisage d'en effectuer une restauration majeure.

Auteur:

Photos utilisées : kustomrama.com

Comment évaluez-vous Monsieur Vival ?

Votez!

Nous sommes en Nous sommes dans Yandex Zen
L'opportunité de désapprendre gratuitement - ce que disent les conducteursVoiture soviétique DLOTA - comment un passionné voulait donner une seconde vie aux voitures mises hors service

Cadillac Cimarron (1982-1988) : le destin d'un paria

Cadillac Cimarron (1982-1988) : le destin d'un paria

Dans l’industrie automobile, il existe, relativement parlant, un gouffre dans lequel sont jetés les monstres et les maladroits. Des modèles infructueux, en un mot. La Cadillac Cimarron s'est également retrouvée là....
  • 531
Volvo a annoncé le crossover EX60 EV

Volvo a annoncé le crossover EX60 EV

Un design familier, mais une approche fondamentalement nouvelle de l'installation des batteries. Réserve de marche jusqu'à 640 km....
  • 146